Le schéma d’installation est-il toujours nécessaire ?

De nombreux types de réalisations électriques peuvent se présenter à l’amateur. Distinguons donc les modifications à des installations existantes, les rénovations et la création entière d’une nouvelle installation.

Dans le premier cas, les problèmes sont souvent simples car il s’agit souvent de branchements de prises de courant supplémentaires et en général de l’adjonction d’une nouvelle dérivation sur un circuit existant. II vous faut donc connaître les conducteurs auxquels vous devez vous raccorder et par conséquent il est indispensable de « relever » le schéma du circuit existant. Pour la rénovation d’un circuit sans y amener la moindre modification, le relevé des connections existantes n’est pas toujours indispensables dans les cas les plus simples. En effet, si le travail se limite à remplacer les anciens conducteurs et les appareils, il consiste en une reproduction de la situation existante et les différents éléments (conducteurs et appareils) sont remplacés l’un après l’autre. Lorsqu’il s’agit d’un circuit entièrement nouveau, il est toujours indispensable de débuter par l’établissement d’un schéma, qui soit d’ailleurs compréhensible par n’importe qui. Par conséquent, si vous dressez un schéma total ou partiel, utilisez des symboles généralement admis et évitez les inscriptions ténébreuses qui ne peuvent être comprises que par vous-même. Sans schéma, il vous est presqu’impossible d’éviter les pannes et les erreurs de connexion. Même en cas de pannes et de modifications ultérieures, vos schémas soigneusement conservés vous seront de la plus grande utilité.

Les indications d’un schéma.

Ce n’est donc pas par plaisir que vous devez tracer les schémas de tous vos circuits, car les renseignements que l’on peut en tirer sont très nombreux. Pour une nouvelle installation, le schéma vous donne clairement la nomenclature des différents appareils à acquérir (prises de courant, douilles, interrupteurs, fusibles, boîtes, compresseur à air, etc.) en évitant les insuffisances et les superflus. Dans le cas d’une installation existante, le circuit vous aide dans la recherche des pannes, le repérage des conducteurs et l’adjonction d’appareils nouveaux. C’est par schéma également que l’on détermine la nature, la longueur et la section des différents conducteurs. Les puissances cumulées des différents appareils branchés sur un même circuit donne la valeur des coupe-circuits à interposer en tête de circuits. Dans la recherche des pannes et dans la localisation des circuits commandés par un groupe de fusibles, les schémas sont de la plus grande utilité car ils écourtent le temps de recherche tout en évitant de nouvelles erreurs qui viendraient aggraver ou brouiller le dépannage. Les dépannages sur schémas seront détaillés dans un chapitre spécial. Si vous avez l’intention d’adjoindre un appareil supplémentaire à un circuit existant, le schéma vous indiquera également s’il y a ou non danger de surcharge.

Comment dresser un schéma.

Comme vous venez de le lire, un schéma doit fournir une foule de renseignements précieux malgré son apparence simpliste. Commencez par dresser un plan sommaire du ou des locaux intéressés. S’il s’agit d’une nouvelle installation, ces croquis seront relevés à l’échelle pour pouvoir estimer sur plan la longueur des conducteurs nécessaires. Le travail sera facilité si vous possédez sous une forme quelconque les plans de l’habitation ayant servi à sa construction. Il vous suffit dans ce cas de reporter en surcharge les schémas tracés au crayon rouge par exemple. Deux principes de représentation sont généralement employés. Le premier est utilisé par les installateurs professionnels Namurois ayant une longue expérience du métier. Ici, les différentes canalisations sont reproduites par UN SEUL TRAIT, quel que soit le nombre de conducteurs qu’elles renferment. Eventuellement, ces traits de canalisations sont barrés autant de fois qu’il y a de conducteurs. Ce schéma ne peut être considéré comme plan de connection, car l’amateur qui l’utiliserait serait bien embarrassé. Pour la seconde représentation, les différents conducteurs sont représentés individuellement mais comportent un symbole spécial de regroupement par canalisation. Ce genre de représentation peut être considéré comme un véritable schéma de connection ; il sera celui recommandé à tous les amateurs méticuleux. Nous avons représenté en parallèle à la figure, les deux méthodes de représentation appliquées à un même local. Après avoir dressé votre plan de situation, relevez les portes et leur sens d’ouverture pour déterminer la position des différents interrupteurs. Indiquez ensuite la position en plan des différents appareils en représentant ces derniers par les symboles repris au tableau de la figure. A ce sujet, vous remarquerez que certains symboles sont doubles (prises de courant), ces représentations étant utilisées indifféremment par les gens de métier. De même, les points lumineux sont représentés par une croix ou par un cercle. Dans de nombreux cas, pour faciliter le repérage et les connections des conducteurs, il est fait usage de conducteurs à isolants de couleurs différentes. Dans certaines régions, la couleur des isolants est prescrite par la Société Distributrice. Dans ce cas, il est utile de représenter sur schéma les conducteurs par ces teintes conventionnelles. A ce sujet, vous lirez attentivement le paragraphe consacré au repérage des conducteurs. En outre, un schéma complet doit indiquer clairement la puissance absorbée par les différents appareils de consommation (fixes ou mobiles). Le débit correspondant déterminera la section des conducteurs et fusibles.

Fractionnement des circuits.

Rappelons que les « deux fils » sortant du compteur sont dérivés en plusieurs circuits ou colonnes. Ces colonnes desservent une série d’appareils situés dans une même partie de l’habitation ou encore, des appareils semblables. En général, un premier circuit alimente toutes les prises de courant tandis qu’un circuit d’éclairage alimente chacun des étages de l’habitation. Lorsque l’équipement ménager comporte de nombreux appareils électriques, il est même souhaité que l’alimentation des nombreuses prises de courant soit répartie en plusieurs circuits (grosses et petites puissances). Tous ces différents circuits doivent être protégés par des fusibles judicieusement choisis. Ce morcellement ou ramification des différents circuits électriques ont pour principale utilité la localisation plus rapide des pannes. En outre, il vous est possible d’éclairer un local sur plusieurs circuits différents, d’où facilité d’éclairage à toutes heures de la journée pour procéder aux dépannages. Rappelons d’autre part que toutes les installations domestiques se font à deux fils et que par conséquent, les câblages et connections sont relativement simples. Parfois, les installations sous courant continu ont un des deux fils au neutre, c’est-à-dire qu’il sert de retour par la terre. A l’intérieur de l’habitation, les circuits sont également à deux fils, mais celui qui n’est pas sous tension par rapport à la terre doit être raccordé d’une manière spéciale aux appareils d’utilisation et il ne s’agit surtout pas de confondre les deux conducteurs. Vous trouverez plus loin la façon de vous y retrouver. Chacun des circuits principaux doit être protégé au départ par des fusibles distincts. Toutes les dérivations aux sous-circuits reliés à une même colonne peuvent être protégés à leur tout par une paire de fusibles mais ce principe n’est pas indispensable. Mais pour les raisons données plus haut, il importe que les prises de courant d’une part et les appareils d’éclairage d’une même local d’autre part ne soient pas protégés par les mêmes fusibles.

Positions respectives des appareils.

Bien que ces positions doivent être nécessairement établies avant le montage à vide des canalisations, certains principes pratiques doivent être respectés. Les interrupteurs doivent être placés à hauteur des mains, près de la ou les portes qui commandent un local. Pour un local habituellement humide, il est recommandé de disposer l’interrupteur dans le dégagement ou la pièce qui lui donne accès. Quant aux prises de courant, elles peuvent être installées comme les interrupteurs ou immédiatement au-dessus des plinthes. Les centres lumineux se placent là où une source de lumière est indispensable. N’oubliez pas que les appliques au-dessus des lavabos doivent être à 2 mètres du sol et également à 2 mètres du bord de la baignoire. De même, une prise de courant installée dans une salle de bain sera située à 1,75 m. au moins de la baignoire. Si une dérivation dessert un local, les fusibles de protection seront placés aussi près que possible de la boîte de dérivation. Quant aux boîtes pour dérivations sur interrupteurs, elles seront alignées à la verticale sur ces derniers.

Les circuits de base.

Bien que la chose soit évidente, rappelons comment alimenter une lampe et une prise de courant. Au départ d’une dérivation, les deux conducteurs traversent immédiatement les coupe-circuits éventuels. Après quoi, un de ces fils chemine directement jusqu’à la lampe; on l’appelle pour cette raison « fil direct ». L’autre fil est interrompu par l’appareil de commande (interrupteur) avant d’atteindre la seconde borne de la lampe. Pour une prise de courant, les deux fils y sont directement reliés après leur sortie des fusibles ; ici, l’interposition d’un interrupteur n’est pas indispensable. Elle est cependant recommandée lorsque les prises doivent débiter plus de 6 amp. Pour faciliter le repérage des conducteurs au moment des connections et des dépannages, leurs isolants sont teintés de manières différentes. Parfois, il est imposé que les fils directs soient jaunes ou bleus, tandis que les conducteurs desservant les appareils de commande soient isolés en rouge ou jaune. Sur le schéma, les abréviations correspondent aux couleurs des isolants. Certains sociétés distributrices imposent invariablement aux fils directs et aux fils de masse (retour par la terre) d’être isolés en bleu. Il est regrettable que ces règlementations ne soient pas normalisées sur une plus grande échelle. De cette manière, il vous est possible de reconnaître très rapidement en tous les points de l’installation, les fils qui sont directement reliés au compteur (fils bleu directs) et les autres. Les couleurs différentes des isolants facilitent grandement les travaux de connection des appareils encastrés, des lustres, et des appareils mobiles. En outre, la recherche des pannes est écourtée à la condition de posséder un schéma portant les indications de couleurs.